Wähle ein anderes Land oder eine andere Region, um Inhalte für deinen Standort zu sehen. Select another country or region to see content for your location. Seleccione otro país o región para ver el contenido de su ubicación. Selecteer een ander land of een andere regio om de inhoud van uw locatie te zien. Vælg et andet land eller område for at se indhold, der er specifikt for din placering. Voit katsoa paikallista sisältöä valitsemalla jonkin toisen maan tai alueen. Choisissez un pays ou une région pour afficher le contenu spécifique à votre emplacement géographique. Επίλεξε μια άλλη χώρα ή περιοχή, για να δεις περιεχόμενο σχετικό με την. Scegli il Paese o territorio in cui sei per vedere i contenuti locali. 別の国または地域を選択して、あなたの場所のコンテンツを表示してください。 Velg et annet land eller region for å se innhold som gjelder der. Escolha para ver conteúdos específicos noutro país ou região. Välj ett annat land eller område för att se det innehåll som finns där. Konumunuza özel içerikleri görmek yapmak için başka bir ülkeyi veya bölgeyi seçin. Chọn quốc gia hoặc khu vực khác để xem nội dung cho địa điểm của bạn

Diese Box wird angezeigt, da die Seitensprache nicht mit einer den Browsersprachen übereinstimmt.

Close



« 1 million de millions = 1 billion »

Dans cette circulaire, Ernst Prost présente les opportunités que cette période de faibles taux d'intérêt offre à l'Etat pour financer la relance économique après la crise du coronavirus

Chers collègues,

 

Il m'arrive d'avoir recours au vocabulaire martial des combats héroïques. En général, après un verre de vin rouge ou quand je lis du Clausewitz... Ce que je n'aime pas, c'est la rhétorique de guerre – même quand je veux décrire la situation et nos tâches de manière très drastique. La guerre est tout à fait autre chose qu'une crise. J'ai déjà expliqué la différence entre le combat et la guerre. La guerre tue des gens – le combat sauve des vies.

Et je vois une autre différence majeure entre la guerre et cette crise : la guerre détruit tout. Les machines, les usines, les bâtiments : tout. Toutes les valeurs, tous les biens. Nous ne subissons pas une telle destruction de la propriété privée, de la propriété des entreprises et des structures de l'État – même si certaines choses ont été gravement endommagées. Mais nous ne devons pas tout reconstruire, comme après la Seconde Guerre mondiale. Nous devons simplement relancer la machine. Ce n'est pas une tâche facile, mais elle n'est pas non plus insurmontable. J'attache une grande importance à cette différence, car on entend souvent parler à l'heure actuelle d'une économie en ruine. Il s'agit peut-être plutôt d'une hibernation involontaire et comateuse...

Ce qui est remarquable chez nous, les Allemands, c'est notre application, notre ambition et notre ardeur au travail. C'est presque tout ce qu'il nous faut pour récupérer notre vitesse de croisière... Toutes ces qualités, plus 1 000 milliards d'euros, soit 1 million de millions... Cela fait 1 billion d'euros. Deux billions, c'est bien aussi. Pourquoi pas ? L'argent ne coûte rien pour le moment. Le coût de l'argent, ce sont les intérêts, et l'État ne doit pas les payer actuellement. C'est une chance... Pendant la période des taux d'intérêt élevés, l'Allemagne payait entre 20 et 40 milliards d'euros par an en intérêts sur sa dette nationale. Le « zéro noir », et surtout la période sans intérêt, nous permettent d'économiser ces milliards d'intérêts dans le budget national presque chaque année. C'est une bonne chose.

Et que se passe-t-il du côté des dépenses dans le budget national si nous ajoutons 2 billions d'euros de dette aux 2 billions déjà existants ? Exactement : rien ! Tant que l'État ne doit pas payer d'intérêts, il n'engage pas de frais supplémentaires et ne doit donc pas réaliser d'économies ailleurs. C'est encore mieux ! Ce serait fatal si, à cause de la crise, nous devions contracter maintenant des dettes élevées et faire des coupes sombres dans d'autres secteurs à cause de ces dettes. Mais ce n'est pas le cas. On peut vivre avec des dettes pour lesquelles il ne faut pas payer d'intérêts. Surtout lorsque cette dette est envers ses propres citoyens. Le mot d'ordre est : « obligations d'État ».

Maintenant je ne suis pas ministre des finances, juste un petit directeur d'entreprise – mais c'est comme ça que je ferais. Sortir le bazooka et crier « Quoi qu'il en coûte » comme Mario Draghi à l'époque, et s'endetter autant que nécessaire pour relancer l'économie. Économiser de l'argent à ce stade serait aussi absurde que d'arrêter l'horloge pour gagner du temps.

« Sur le côté », des programmes d'investissement nécessaires et urgents pourraient enfin être lancés pour remettre sur les rails les infrastructures allemandes partiellement délabrées : les écoles, les ponts, la numérisation, la transition énergétique et les soins de santé. Il y a donc du pain sur la planche. Et si on ajoute du lubrifiant, c'est-à-dire l'argent frais, dans le moteur maintenant, les choses seront meilleures après la crise qu'avant. Si on l'applique intelligemment, ce n'est pas seulement une recette pour l'Allemagne, mais pour toute l'Europe. Mais pour cela, il ne faut pas s'enfermer dans une idéologie, le nationalisme ou même le fondamentalisme. Les euro-obligations émises par la BCE apportent également de l'argent frais à nos voisins à de faibles taux d'intérêt – et de faibles taux d'intérêt, c'est tout ce qui compte !

 

Bien à vous, 

 

Ernst Prost


France

Europe

Bosna i Hercegovina
Bŭlgariya
Czechia
Danmark
Deutschland
Eesti
España
France
Great Britain
Hrvatska
Ireland
Italia
Kosovë
Latvija
Lietuva
Magyarország
Nederland
Norge
Österreich
Polska
Portugal
Schweiz
Slovensko
Srbija
Suomi
Sverige
Türkiye
Ελλάδα
Македонија
Монтенегро
Россия
Србија
Украина

Asia Pacific

Australia
Brunei
Indonesia
Malaysia
Myanmar
New Zealand
Pakistan
Singapore
Thailand
Việt Nam
Казахстан
Киргизия
ישראל
ایران
中国
日本
대한민국

Americas

Argentina
Bolivien
Brasil
Chile
México
Paraguay
Perú
Trinidad & Tobago
Uruguay

Africa, Middle East and India

South Africa
Uganda

The United States, Canada and Puerto Rico

Canada
USA