Wähle ein anderes Land oder eine andere Region, um Inhalte für deinen Standort zu sehen. Select another country or region to see content for your location. Seleccione otro país o región para ver el contenido de su ubicación. Selecteer een ander land of een andere regio om de inhoud van uw locatie te zien. Vælg et andet land eller område for at se indhold, der er specifikt for din placering. Voit katsoa paikallista sisältöä valitsemalla jonkin toisen maan tai alueen. Choisissez un pays ou une région pour afficher le contenu spécifique à votre emplacement géographique. Επίλεξε μια άλλη χώρα ή περιοχή, για να δεις περιεχόμενο σχετικό με την. Scegli il Paese o territorio in cui sei per vedere i contenuti locali. 別の国または地域を選択して、あなたの場所のコンテンツを表示してください。 Velg et annet land eller region for å se innhold som gjelder der. Escolha para ver conteúdos específicos noutro país ou região. Välj ett annat land eller område för att se det innehåll som finns där. Konumunuza özel içerikleri görmek yapmak için başka bir ülkeyi veya bölgeyi seçin. Chọn quốc gia hoặc khu vực khác để xem nội dung cho địa điểm của bạn

Diese Box wird angezeigt, da die Seitensprache nicht mit einer den Browsersprachen übereinstimmt.

Close



La propulsion adéquate

Ernst Prost, le gérant de LIQUI MOLY, à propos de la recherche d’une propulsion automobile idéale

Cher·e·s collègues,

L’âge de pierre a-t-il pris fin en raison de l’épuisement des pierres ? Il me semble que non. De même, l’âge de bronze ne s’est pas terminé par une pénurie de bronze, mais par la découverte d’une meilleure solution. Et si l’on trouve quelque chose de mieux que notre moteur à combustion, il cédera sa place. Non pas du fait de l’épuisement des réserves de pétrole et d’essence, mais du fait de l’existence d’une technologie plus optimale, probablement le moteur électrique à batterie, mais peut-être aussi une propulsion à hydrogène... ou des moteurs diesel et essence fortement optimisés, au fonctionnement plus écologique que celui de tout moteur électrique, grâce à des combustibles synthétiques... Tout est question d’empreinte carbone.

Lorsque je repense à l’époque où j’étais mécanicien automobile, je me souviens qu’avec quelques manipulations et quelques serrages de vis ajustables, nous pouvions, par exemple, réduire considérablement la consommation d’essence et les valeurs d’émission au niveau du carburateur, de la pompe à injection ou de la commande de soupape. Il m’est avis que la technologie de nos moteurs diesel et essence ordinaires est loin d’être aboutie. Il y a encore du chemin à parcourir. Le facteur décisif est l’empreinte carbone d’un moteur, incluant le coût de production et l’incidence sur l’environnement liée à la fabrication de la batterie. Je profite de l’occasion pour exprimer mes doutes quant à la rentabilité et au respect de l’environnement des moteurs électriques dans l’absolu, et ce, au regard de l’empreinte carbone globale de ce type de propulsion. Pourquoi ne pas mener des recherches avec un esprit ouvert (dans toutes les directions) ? L’optimisation de l’ancien apporte parfois davantage qu’une intervention au forceps. Le moteur diesel, notamment, a encore bien de la marge de développement pour rendre cette forme de propulsion non seulement économique, mais aussi écologique. Quand je constate les nettes améliorations que nous avons obtenues rien qu’en utilisant des huiles modernes et nos additifs, je pense pouvoir me risquer à prédire que le moteur à combustion est loin d’avoir perdu la course face au moteur électrique. Les politiques et les économistes doivent simplement donner une chance et offrir cette occasion aux développeurs et ingénieurs... Il s’agit également d’emplois dans l’industrie en place et pas seulement de mettre en avant de nouveaux postes créés sur les cendres des précédents. Il convient également d’inclure le consommateur. D’après une étude que nous avons récemment mandatée, la majorité écrasante des clients disposés à acheter sont favorables au moteur à combustion. Et il y a de bonnes raisons à cela. En particulier, le moteur diesel aux émissions de CO2 déjà plus faibles, associé à une purification efficace des gaz d’échappement, pourrait contribuer à la réduction des émissions nocives conformément aux objectifs européens de protection de l’environnement.

Par ailleurs, la production à partir d’énergie solaire d’hydrogène pour des piles à combustible ou des carburants synthétiques n’est plus une vision d’avenir depuis longtemps, mais une réalisation faisable sur le plan technique. Cela peut se faire sans aucune batterie et sans la surexploitation des matières premières qu’implique cette technologie.

En tout cas, cela paraît plus judicieux que de produire de l’électricité pour des voitures électriques pseudo-écologiques dans des centrales au lignite obsolètes, que nous maintenons artificiellement à flot en injectant des milliards d’euros payés par le contribuable jusqu’en 2038 ou dans des centrales nucléaires irradiées. Et à long terme, si nous voulons réduire les émissions nocives et mieux protéger l’environnement tout en assurant une parfaite mobilité, il faudra probablement passer par un mélange de différentes technologies, et pas par une monoculture imposée dans le paysage des inventeurs et développeurs.

Bien à vous,

 

Ernst Prost


USA

Europe

Bosna i Hercegovina
Bŭlgariya
Czechia
Danmark
Deutschland
Eesti
España
France
Great Britain
Hrvatska
Ireland
Italia
Kosovë
Latvija
Lietuva
Magyarország
Nederland
Norge
Österreich
Polska
Portugal
Schweiz
Slovensko
Srbija
Suomi
Sverige
Türkiye
Ελλάδα
Македонија
Монтенегро
Россия
Србија
Украина

Asia Pacific

Australia
Brunei
Indonesia
Malaysia
Myanmar
New Zealand
Pakistan
Singapore
Thailand
Việt Nam
Казахстан
Киргизия
ישראל
ایران
中国
日本
대한민국

Americas

Argentina
Bolivien
Brasil
Chile
México
Paraguay
Perú
Trinidad & Tobago
Uruguay

Africa, Middle East and India

South Africa
Uganda

The United States, Canada and Puerto Rico

Canada
USA