Wähle ein anderes Land oder eine andere Region, um Inhalte für deinen Standort zu sehen. Select another country or region to see content for your location. Seleccione otro país o región para ver el contenido de su ubicación. Selecteer een ander land of een andere regio om de inhoud van uw locatie te zien. Vælg et andet land eller område for at se indhold, der er specifikt for din placering. Voit katsoa paikallista sisältöä valitsemalla jonkin toisen maan tai alueen. Choisissez un pays ou une région pour afficher le contenu spécifique à votre emplacement géographique. Επίλεξε μια άλλη χώρα ή περιοχή, για να δεις περιεχόμενο σχετικό με την. Scegli il Paese o territorio in cui sei per vedere i contenuti locali. 別の国または地域を選択して、あなたの場所のコンテンツを表示してください。 Velg et annet land eller region for å se innhold som gjelder der. Escolha para ver conteúdos específicos noutro país ou região. Välj ett annat land eller område för att se det innehåll som finns där. Konumunuza özel içerikleri görmek yapmak için başka bir ülkeyi veya bölgeyi seçin. Chọn quốc gia hoặc khu vực khác để xem nội dung cho địa điểm của bạn

Diese Box wird angezeigt, da die Seitensprache nicht mit einer den Browsersprachen übereinstimmt.

Close




Distanciation sociale et mascarade des masques des ministres

Dans l’annonce du jour adressée à ses collègues, Ernst Prost explique pourquoi l’aspect social prend toute son importance en ces temps de distanciation sociale et les avantages d’un bureau vide

Chers membres de la famille Liqui Moly/Meguin,

 

« Vos produits, c’est vraiment de la merde, et votre pub est juste bonne à servir de torche-cul. » Harald Schmidt, c’est bien toi ? Ce serait le style. Ça pourrait aussi être une caméra cachée. Mais en fait non. Ce sont juste les égarements d’un internaute anonyme... Ça arrive parfois : le taux est d’un pour mille... Dans ces cas, je réponds poliment à cet individu que nous serions ravis de lui donner rendez-vous en ligne pour que nous échangions nos points de vue, avec des chiffres et autres données quantifiables pour argumenter. La plupart du temps, cette réponse reste sans suite. Bien évidemment, je préfère largement les compliments et les témoignages reconnaissants, mais aussi les critiques fondées. Je lis et je réponds à chaque commentaire. C’est si formidable de pouvoir échanger avec nos clients. Actuellement, nous recevons chaque jour des centaines de commentaires positifs. Certains s’étonnent de recevoir une réponse, à plus forte raison quand elle vient de la direction en personne, et qui plus est pas quelque temps après, mais le jour même, et bien souvent dans l’heure qui suit... On dirait que cette manière de travailler n’est plus dans l’air du temps. Mais parfois, ce n’est pas si mauvais d’être un peu vieux jeu... Le respect, la politesse et l’amabilité sont intemporels !

Grand-mère disait toujours : « Ne remets pas à demain ce que tu peux faire aujourd’hui », et c’est comme ça que je fonctionne. Tout ce qui arrive est traité : email après email, lettre après lettre, appel après appel. La procrastination n’est pas d’actualité et je ne remets rien à plus tard, on ne sait pas quand. En effet, qui sait tout ce qu’il y aura à faire plus tard ? J’aime faire le vide sur mon bureau. Lorsque je termine ma journée de travail, mon bureau doit être impeccable... Après, je peux toujours réfléchir et faire preuve de créativité... Demain, une tâche bien plus monumentale pourrait venir s’ajouter à celles reportées la veille... Et que se passe-t-il alors ? Il y a un proverbe souabe qui dit : « Ce qui est pris n’est plus à prendre ». En l’occurrence, il s’agit moins d’argent que de « tâches terminées ».

Et comme le souabe est un beau dialecte, on peut aussi l’employer avec humour. Par exemple à l’occasion de la danse de salon, lors de la dis-danse de salon sociale : - ). En réalité, c’est plutôt une distance physique qu’une distance sociale que nous devons actuellement maintenir. En effet, nous avons besoin de proximité et de chaleur. C’est notre côté grégaire, l’humain qui est en nous qui s’exprime. Nous ne sommes pas une bande d’égoïstes sans scrupules entassés pour former un grand troupeau, mais des individus tout à fait respectables, sachant témoigner d’empathie pour leurs semblables. On l’observe très bien dans les interactions sociales des individus (ou pas)... Restons donc des êtres sociaux, car le contraire de social est antisocial, voire même asocial. Montrons à la face du monde que nous avons le cœur sur la main, que nous répondons présents pour aider les autres et que nous savons quoi faire. Le respect des autres commence par la réponse aux questions en temps réel, mais aussi par la réaction immédiate aux critiques. Ici aussi, un « sur-le-champ » vaut mieux que deux « dans les meilleurs délais »... « En raison de notre surcharge de travail, ce n’est qu’aujourd’hui que nous parvenons à vous répondre à votre courrier du 8 janvier » : non, ce n’est pas le message d’une administration rédigé fin avril, mais celui d’une bonne entreprise allemande. Comment puis-je prendre quelqu’un au sérieux ou croire qu’il accorde de l’importance à cet échange lorsqu’il met 20 jours pour réagir à un courrier ? D’ailleurs, il ne pense pas à mal, et trouve la situation tout à fait normale. Une tâche accomplie en 10 minutes nécessite un report de trois semaines... Bref, on ne peut pas tout mettre sur le dos du virus... Pour ma part, je n’arrive pas à trouver le sommeil quand il me reste ne serait-ce qu’un seul email à traiter : quel qu’en soit le sujet, il hante mon esprit. J’aurais mauvaise conscience et mon honneur en tant que gérant serait en jeu. Il y a des choses qu’on ne fait tout simplement pas, et d’autres qu’il faut faire aussitôt. Parfois, c’est une question d’éducation et dans notre cas cela fait partie intégrante de la culture de notre entreprise.

Alors, continuons d’être nous-mêmes : rapides, rigoureux, polis, aimables et comme nous souhaitons que les autres se comportent envers nous...

Pour conclure, abordons la question épineuse du pont aérien ministériel des masques : Désormais, tous les avions en provenance de Chine transportant des masques commandés trop tard et trop chers ou autres « produits haute technologie » similaires seront-ils accueillis en direct par un politicien de seconde zone en mal de médiatisation et une horde de journalistes ? Et de surcroît, sans porter de masque, en respectant une distance de 30 cm entre eux... Carton rouge et avis de contravention pour notre ministre de la défense : ce serait déjà ça... ou des provisions comprenant des chewing-gums de la part nos amis américains via des ponts aériens alimentant Berlin. Bref, espérons que ces masques sont plus adaptés que ceux que ce bon vieux Andi Scheuer, les larmes aux yeux, a récemment réceptionnés sur le tarmac à Munich devant les caméras...

 

Bien à vous,

Ernst Prost


Schweiz