Wähle ein anderes Land oder eine andere Region, um Inhalte für deinen Standort zu sehen. Select another country or region to see content for your location. Seleccione otro país o región para ver el contenido de su ubicación. Selecteer een ander land of een andere regio om de inhoud van uw locatie te zien. Vælg et andet land eller område for at se indhold, der er specifikt for din placering. Voit katsoa paikallista sisältöä valitsemalla jonkin toisen maan tai alueen. Choisissez un pays ou une région pour afficher le contenu spécifique à votre emplacement géographique. Επίλεξε μια άλλη χώρα ή περιοχή, για να δεις περιεχόμενο σχετικό με την. Scegli il Paese o territorio in cui sei per vedere i contenuti locali. 別の国または地域を選択して、あなたの場所のコンテンツを表示してください。 Velg et annet land eller region for å se innhold som gjelder der. Escolha para ver conteúdos específicos noutro país ou região. Välj ett annat land eller område för att se det innehåll som finns där. Konumunuza özel içerikleri görmek yapmak için başka bir ülkeyi veya bölgeyi seçin. Chọn quốc gia hoặc khu vực khác để xem nội dung cho địa điểm của bạn

Diese Box wird angezeigt, da die Seitensprache nicht mit einer den Browsersprachen übereinstimmt.

Close



« Silence ! »

La « créativité et l'ingéniosité humaines » ont jusqu'à présent été ignorées à tort dans les « calculs », explique Ernst Prost

Bonjour, chers collègues.

Quand j'entends et je lis tout ce que les économistes, les théoriciens, les experts autoproclamés et nos politiciens – et tous ceux qui pensent devoir donner leur avis – disent sur notre avenir économique, mon estomac se retourne. « La plus grande crise depuis Alexandre le Grand », « Une récession sans précédent ». Il est clair que la situation ne s'améliorera pas du jour au lendemain et que, selon toute probabilité, notre produit intérieur brut sera pire que ces dernières années. N'importe qui peut s'en rendre compte. Mais prédire la baisse du produit national brut et la hausse des chiffres du chômage à un dixième de pour cent derrière la virgule, c'est de la charlatanerie. Ces messieurs ne le savent pas eux-mêmes ! Sinon, ils ne parviendraient pas sans arrêt à des prévisions et des opinions différentes. Je le dis depuis des décennies : « L'économie n'est pas ce qui se passe et ce que les petits malins prédisent, mais ce que font les entreprises et leurs équipes. » L'accent est mis sur « faire » et non sur « regarder une boule de verre ». Aussi infondées et fausses que puissent être ces prévisions de ralentissement et de récession, elles n'ont qu'un seul résultat : déstabiliser et effrayer la population. Comment peut-on ? Quel est le sens ?

Le premier venu sait que l'économie est fortement liée à la psychologie, et lorsque quelques experts autoproclamés spécialistes prédisent la disparition complète ou partielle de l'Occident, il ne faut pas s'étonner que les gens cessent de consommer et, par conséquent, que les entreprises cessent d'investir. Il s'agit de « prophéties auto-réalisatrices » négatives, qui contribuent malheureusement aussi à cette spirale descendante. Je ne demande à personne de décrire la situation comme étant plus rose qu'elle ne l'est, mais la peindre en noir n'aidera pas. Et puis toutes ces formules choc aux prétentions apocalyptiques. Pourquoi ne pas dire directement : « La fin est proche ! ». Il est à noter que les dirigeants aiment se surpasser avec des prédictions encore plus drastiques dans leurs prophéties…

Taisez-vous et regardez comment les entreprises, les artisans, les entrepreneurs, les employés et les ouvriers luttent dans cette bataille. Les pronostics ne sont déjà pas corrects en temps normal. Un coup d'œil à la fin de l'année suffit pour révéler les inexactitudes de chaque prévision. Qui dit que les gens, après leur confinement forcé, ne voudront pas dépenser deux fois plus dans les magasins, les restaurants, les cafés, au cinéma, pour leurs nouvelles voitures et leurs vacances ? Qui dit que de nouvelles technologies, de nouvelles méthodes de travail, de nouveaux marchés n'apparaîtront pas après cette crise, ne donneront pas de nouvelles impulsions et n'alimenteront pas le produit national brut au lieu de le faire fondre ? Ces « calculs » sont bons à jeter, parce qu'ils ignorent la composante dynamique d'une économie stable et forte : la créativité et l'ingéniosité de l'être humain. Qui cela aide-t-il vraiment d'entendre que nous traversons la plus grande crise de tous les temps ? Exactement : personne. L'important, c'est de faire peur… Je vous en prie, chers directeurs d'instituts, chercheurs en marketing et chefs d'établissements – taisez-vous. Laissez-nous, entrepreneurs, artisans, ouvriers, employés et indépendants, travailler en paix. Dans quelques mois, vous pourrez nous « expliquer » pourquoi vos prédictions négatives sur l'évolution de nos performances économiques actuelles étaient fausses. Mais pour l'instant, arrêtez enfin de claironner chaque jour de nouvelles mauvaises nouvelles dans le pays. C'est énervant – et nuisible !

Cordialement,

Ernst Prost


Europe

Bosna i Hercegovina
Czechia
Danmark
Deutschland
Eesti
España
France
Great Britain
Hrvatska
Ireland
Italia
Kosovë
Latvija
Lietuva
Magyarország
Nederland
Norge
Österreich
Polska
Portugal
Schweiz
Slovensko
Srbija
Suomi
Sverige
Türkiye
Ελλάδα
Македонија
Монтенегро
Россия
Србија
Украина

Asia Pacific

Australia
Brunei
Indonesia
Malaysia
Myanmar
New Zealand
Pakistan
Singapore
Thailand
Việt Nam
Казахстан
Киргизия
ישראל
ایران
中国
日本
대한민국

Americas

Argentina
Bolivien
Brasil
Chile
México
Paraguay
Perú
Trinidad & Tobago
Uruguay

The United States, Canada and Puerto Rico

Canada
USA

Africa, Middle East and India

South Africa
Uganda